Débats au sein du mouvement écologiste

Compromis ou radicalité

Après l’euphorie du coq gaulois écologiste lors du dernier scrutin aux Elections Européennes, suite à l’amère constat des mensonges d’une part du gouvernement notamment pour la défense du climat, de la répression et d’un autoritarisme décuplée d’autre part, des militants débattent de la stratégie à adopter avec ce pouvoir politique.

Mais avant tout, quelle relation avec la gauche française ?

Enfin, un petit texte suisse pour une république du peuple.

Ci-dessous, les trois articles de presse parus dans des médias indépendants à découvrir – si ce n’est déjà fait.

Commençons avec celui paru sur Médiapart :

(suite…)

Altkirch & Thann, sans maternité

Thann & Altkirch : à mort les maternités !

« Plus de fermeture de service de proximité » qu’ils et qu’elles disent à la République en marche. Et pourtant…

Non seulement le projet de supprimer les maternités d’Altkirch et de Thann sont restées dans les tuyaux, mais en avançant les délais de fermeture, puisque selon la presse régionale (1), celle-ci est programmée pour le 4 novembre prochain et non plus en 2020. A l’instar des suppressions de services, également planifiées sur tout le territoire, notamment à Privas (Ardèche), à Feurs (Loire), à Bar le Duc (Meuse), etc. Un comble !

Face au risque d’une convergence nationale des oppositions publiques (2), importerait-il au gouvernement de ne pas s’encombrer d’une radicalisation des luttes, qui s’amoncelle sur la montagne des colères ?

(suite…)

A propos du CETA

Un renoncement et une capitalisation

C’est sous ce titre qu’un éditorialiste des DNA actualise la décision du Parlement ce 24 juillet.

L’auteur “normal” de cet éditorial d’un journal “normal” – dont le propriétaires est le Crédit Mutuel – n’a rien d’un écolo intégriste ou d’un communiste patenté. Il met juste le doigt sur une situation dont nous devrions tous et toutes nous rebeller :

Tour de France : l’équipe Ineos, championne du plastique polluant

Tour de France : l’équipe Ineos, championne du plastique polluant

20 juillet 2019 / Alexandre-Reza Kokabi (Reporterre)

Article paru sur le site de Reporterre

https://reporterre.net/Tour-de-France-l-equipe-Ineos-championne-du-plastique-polluant

Symbole de l’essor de la production plastique permise par le gaz de schiste, l’entreprise Ineos sponsorise une des équipes favorites du Tour de France.

Dans le cœur des fans de cyclisme, les mois de juillet ont un parfum de Tour de France : trois semaines d’une course populaire, de pelotons tassés sur la chaussée, d’échappées téméraires, de sprints musclés, de succès vibrants et d’espoirs déchus, au fil des plaines et des reliefs de l’Hexagone.

Le Tour de France est aussi une grande fête des sponsors. Cette année, deux des principaux producteurs européens de plastique participent ainsi à la « grande boucle »  : l’entreprise Total, qui s’est approprié l’équipe française Direct Énergie, et l’entreprise Ineos, qui sponsorise l’équipe homonyme du tenant du titre Geraint Thomas.

Ineos est méconnue en France. Elle y emploie 2.250 personnes, réparties sur quatre sites de production de polymères : à Tavaux (Jura), Wingles (Pas-de-Calais), Sarralbe (Moselle) et Lavéra (commune de Martigues, Bouches-du-Rhône). Ce géant de la pétrochimie est le principal producteur européen des deux matières utilisées pour produire le plastique : l’éthylène et le propylène.

(suite…)

Centre Afrique : scandale minier

Une commission d’enquête dénonce

les abus des sociétés minières chinoises

En République Centreafricaine, l’Etat protecteur – au moins partiellement – de l’environnement et des travailleurs.
« Désastre écologique », « fleuve pollué », « santé publique menacée » : une commission d’enquête parlementaire en Centrafrique recommande l’arrêt de l’exploitation de mines d’or par quatre sociétés chinoises dans le nord du pays, dans un rapport rendu public samedi 13 juillet 19.
« L’exploitation de l’or par les entreprises chinoises à Bozoum n’est pas rentable pour l’État et préjudiciable pour la population et l’environnement », estiment les membres de la commission parlementaire, en conclusion d’une enquête de terrain menée dans les environs de cette ville du nord de la République centrafricaine. Les entreprises chinoises concernées sont les sociétés Tian Roun, Tian Xiang, smc Mao et Meng.

(suite…)