Mythes & mensonges contre la transition agrobiologique

Mythes & mensonges de l’agro-industrie

pour bloquer la transition agricole

On utilise de moins en moins de pesticides ? Le bio, incapable de nourrir 10 milliards d’humains ? Les agriculteurs, responsables du désastre écologique ? Alors que la transition agricole est désormais une urgence, le discours bien rôdé de l’agro-industrie rend bien souvent inaudibles les arguments en faveur de modèles de production vraiment durables et efficaces. Voici le « Top 10 » de ces arguments mensongers, et comment y répondre.

C’est ce que dévoile POLLINIS sur site : https://www.pollinis.org/

MYTHE N° 1 : « LES PESTICIDES FONT L’OBJET DE TESTS SCRUPULEUX, CEUX QUI SONT AUTORISÉS NE SONT PAS TOXIQUES »

Nombre de pesticides ont été autorisés, avant d’être retirés du marché, des années ou des décennies plus tard, quand leurs dégâts sur l’environnement ou la santé humaine sont devenus irréfutables. Ces retraits démontrent que les évaluations réalisées en amont de leur commercialisation sont insuffisantes ou inadaptées. Elles reposent en outre sur des données fournies par les industriels eux-mêmes.

MYTHE N° 2 : « DE TOUTE FAÇON, ON UTILISE DE MOINS EN MOINS DE PESTICIDES »

Contrairement aux engagements des gouvernements successifs, l’usage de pesticides en France est loin d’avoir diminué, il a même augmenté ces dernières années. Et cette hausse, quantitative, se double d’une augmentation de la puissance des dernières générations de produits.

MYTHE N° 3 : « UTILISÉS CORRECTEMENT, LES PESTICIDES NE SONT PAS DANGEREUX »


Par cette affirmation, l’agrochimie cherche à se défausser de ses responsabilités et à incriminer les agriculteurs. Les études montrent pourtant que les pesticides, même utilisés correctement, se retrouvent dans l’air, l’eau, la terre et que des effets collatéraux sont inévitables.

MYTHE N° 4  : « SEULE L’AGRO-INDUSTRIE POURRA NOURRIR UNE PLANÈTE QUI COMPTERA BIENTÔT 10 MILLIARDS D’HABITANTS »


L’agriculture mondiale produit d’ores et déjà plus qu’il n’en faut pour nourrir l’humanité, mais un tiers de cette production est gaspillé. Qui plus est, l’agro-industrie représente davantage une menace qu’un bienfait pour les futures  générations : elle détruit la vie des sols, épuise les ressources en eau, contamine l’environnement et contribue au réchauffement climatique.

MYTHE N° 5 : « AVEC SES RENDEMENTS FAIBLES ET SES COÛTS ÉLEVÉS, L’AGRICULTURE BIO EST INCAPABLE DE NOURRIR LE MONDE »


En réduisant le gaspillage alimentaire et en remplaçant une partie de la consommation de produits d’origine animale par des alternatives végétales, il serait possible de nourrir tous les habitants de la planète avec l’agriculture biologique, sans même augmenter les surfaces agricoles.

MYTHE N° 6 : « L’AGRICULTURE INDUSTRIELLE EST UN MODÈLE COMPÉTITIF ET PEU COÛTEUX, QUI GARANTIT UNE ALIMENTATION BON MARCHÉ »


Une telle affirmation fait volontairement l’impasse sur les coûts cachés de l’agriculture conventionnelle. Ces coûts exorbitants – dépollution, prise en charge des maladies liées aux pesticides… – ne sont pas pris en compte dans le prix des produits. Ils sont néanmoins payés par les citoyens, à travers leurs impôts et cotisations sociales.

MYTHE N° 7 : « PRODUIRE PLUS GRÂCE À L’AGRO-INDUSTRIE EST LE SEUL MOYEN DE RÉSOUDRE LE PROBLÈME DE LA FAIM DANS LE MONDE »


Changements climatiques, catastrophes naturelles, guerres et conflits, inégalités, déséquilibres des échanges commerciaux… La faim dans le monde n’est plus une question de quantité produite, mais un problème multifactoriel d’accès à une alimentation de qualité.

MYTHE N° 8 : « L’AGRICULTURE INDUSTRIELLE PEUT ET DOIT COEXISTER AVEC SES ALTERNATIVES »


Déverser des pesticides chimiques dans un champ, sans contaminer les terres avoisinantes, reste illusoire. Continuer à détruire la nature et à menacer la santé humaine alors qu’il existe des alternatives est une position insoutenable.

MYTHE N° 9 : « LES AGRICULTEURS ONT FAIT LE CHOIX DE CE MODÈLE ET EN SONT LES PRINCIPAUX BÉNÉFICIAIRES »


L’industrialisation de l’agriculture a eu des effets dévastateurs dans le monde rural. Nombre de paysans n’ont eu d’autre choix que d’abandonner leurs exploitations et de déserter les campagnes. Beaucoup de ceux qui restent croulent sous les dettes et survivent sous perfusion d’aides publiques… quand ils ne sont pas acculés au suicide.

MYTHE N° 10 : « LA ‘HIGH TECH’ VA PERMETTRE À L’AGRO-INDUSTRIE DE DEVENIR DURABLE »


Remplacer les pollinisateurs décimés par l’agriculture conventionnelle par des robots ou créer des abeilles transgéniques résistantes aux pesticides ne sont pas des solutions d’avenir. Ces propositions ne feront que rendre les agriculteurs plus dépendants de l’industrie, en privatisant un service gratuit rendu par la nature.

 

Les commentaires sont clos.