Sprickelsberg, ou l’usine à bois ?

La forêt du Sprickelsberg

n’est-elle qu’une usine à bois ?

Article paru chez Alterpress68 – journal en ligne  : https://www.alterpresse68.info/

Cet article fait suite à notre précédente mise en ligne le 28/10/18 : Menca sur le massif du “Sprickelsberg”

Le 17 mars la desserte forestière du Holschlagkop a été inaugurée par l’association forestière de la Doller en présence d’élus et de propriétaires forestiers.

Le président des forestiers d’Alsace rappelait à cette occasion que pas moins de onze associations syndicales de ce type avaient été réalisées dont la dernière sera finalisée à Rimbach cette année (L’Alsace du 3 avril 2018 “Une nouvelle desserte forestière”)….soit 1892 hectares de forêts privées, communales et départementales pour 70 kilomètres de routes aménagées et 575 000 Euros de subventions reçues de l’Europe, de l’État, de la Région Alsace.

Par ailleurs le plan pluriannuel régional de développement forestier 2012-2016 affiche en exergue du document: “Plus de gestion forestière durable pour mobiliser et utiliser plus de bois, matériau renouvelable”.

Et on rappelle que 68 086 euros ont été “fléchés” pour la seule association forestière autorisée du Sprickelsberg (ASA) pour “l’amélioration de la desserte forestière Kirchberg Dolleren”.

L’étendue du projet

(suite…)

Les progrès techniques et leurs nocivités civilisationnelles

Progrès techniques.

Leurs paradoxes destructeurs

Article paru dans Pour l’Emancipation Sociale, n°48 Octobre 18.

Depuis l’imprimerie de Gutenberg, on aura « tout » inventé : l’auto, l’avion, le frigo, la radio, la télé, et mille sortes d’appareils, de machines, permettant à une partie de l’humanité de se nourrir, se former, se soigner, se cultiver, voyager… donc, de consommer, voire de surconsommer aux dépens de la nature : effet de serre, trou d’ozone, eaux et terres infectées, faune et flore en régression, dérèglement climatique… Aujourd’hui le numérique développe de façon exponentielle la communication. Le monde virtuel se charge de tout pour nous ? Pour le bonheur, le mieux-être de tous ou pour le profit de quelques-uns ? La technologie en marche est devenue une course folle : à peine avons-nous le temps de pratiquer un nouveau matériel que le voilà déjà obsolète. Cette accélération bouleverse notre quotidien à un rythme sans équivalent, comparé aux bouleversements opérés entre la 1ère révolution industrielle et la fin de la deuxième. Cette course au soi-disant progrès amoindrit le potentiel physique et mental de l’individu et l’assujettit à la technologie de masse, à un point particulièrement inquiétant aujourd’hui avec le « tout numérique ».

(suite…)

GCO : Grève de la faim et mobilisation…

Contre les bulldozers de Vinci sur le GCO, la mobilisation ne faiblit pas

30 octobre 2018 / Émilie Massemin (Reporterre)

Grèves de la faim, nouveaux recours juridiques, blocage d’un chantier… La mobilisation ne faiblit pas contre le projet de grand contournement ouest de Strasbourg. Avec un sentiment d’urgence croissante, alors que les bulldozers poursuivent leur travail de destruction.

« C’est un dernier recours pour espérer être entendu. Toutes les voies démocratiques ont été bafouées, toute la logique de défense de la planète pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C a été effacée, on n’écoute que les pro-autoroute qui ne pensent qu’à l’argent et à la rentabilité », clame dans un mégaphone Christine Ludes. Quelque 150 personnes, rassemblées autour du barnum sous un soleil radieux, l’écoutent avec attention et respect. L’habitante de Griesheim-sur-Souffel, âgée de 52 ans, fait partie des dix opposants au projet de grand contournement ouest (GCO) de Strasbourg qui ont commencé une grève de la faim lundi 22 octobre. Habituellement installés à l’église protestante de Bischheim, ils ont enfilé des tee-shirts blancs au logo de la lutte et investi la place Kléber de Strasbourg, vendredi 26 octobre à partir de midi. Objectifs : partager leur combat, remobiliser les opposants et sensibiliser les passants.

Huit des dix grévistes de la faim, place Kléber à Strasbourg.

(suite…)

GIEC : La question des inégalités est fondamentale

Climat : « La question des inégalités est fondamentale ; elle est au cœur du rapport du Giec »

Interview paru sur :

https://reporterre.net/Climat-La-question-des-inegalites-est-fondamentale-elle-est-au-coeur-du-rapport

Pour maintenir le réchauffement climatique au-dessous de 1,5 °C, il faut réduire drastiquement et rapidement les émissions de gaz à effet de serre. Tel est le message central du rapport du Giec publié lundi 8 octobre. Explication par l’un des ses auteurs, le chercheur Henri Waisman.

En décembre 2015, les représentants de 195 nations adoptaient l’Accord de Paris. Celui-ci fixait l’objectif de limiter le changement climatique en-dessous de 2 °C par rapport à l’ère pré-industrielle, et « poursuivre les efforts pour le limiter à 1,5 °C. » Mais quelle différence entre 1,5 °C et 2 °C de plus ? Est-il encore possible de se limiter au plus bas ? Pour répondre à ces questions, le Giec (Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat) a préparé un rapport : il a été discuté la semaine dernière en Corée du Sud, et publié lundi 8 octobre au matin. Henri Waisman, chercheur à l’Iddri (Institut du développement durable et des relations internationales) et un des coordinateurs du rapport, a répondu aux questions de Reporterre depuis Séoul.

(suite…)