Sabotage anti 5G aux Pays Bas

Aux Pays-Bas, l’opposition à la 5G

va jusqu’au sabotage

20 mai 2020 / Margaux Solinas et Martin Bertrand (Reporterre)

Incendies criminels, manifestations, procès contre l’État… Aux Pays-Bas, le déploiement de la 5e génération de la technologie du réseau sans fil (5G) suscite méfiance et réactions de la part de la population.

Un bonsaï mort trône sur le rebord de la fenêtre de Jurgen Weber dans son appartement de Rotterdam. L’homme d’une cinquantaine d’années l’observe avec un sourire inquiétant. « Il était à côté du routeur wifi pendant deux mois, il en est mort , annonce-t-il. C’est comme la 5G. Toutes les radiations qui en émanent sont néfastes. » Il est important de préciser qu’un bonsaï nécessite énormément de soins pour être maintenu en vie.

Jurgen Weber est allemand. Il est installé aux Pays-Bas depuis une vingtaine d’années et s’essaye à de multiples activités. Il est aujourd’hui directeur d’une fondation qu’il a créée, appelée Innovatief Nederland. Dans son discours endiablé contre les nouvelles technologies, il explique sa vision du futur. « Nous allons tous finir comme des robots avec une technologie telle que la 5G. Il faut en finir avec ces méthodes et nous ouvrir à d’autres solutions plus naturelles. » Jurgen ne précise pas quelles sont ses solutions, elles semblent n’appartenir qu’à lui. Son cas illustre la colère et l’angoisse de certains Néerlandais face au déploiement de la 5G dans le pays.

Une tour 5G à Zandvoort, près de la côte de la mer du Nord

(suite…)

Bas les masques

Des professionnels de santé lancent

un appel à un mouvement populaire

330 soignants et soignantes appellent dans une tribune publiée ce jeudi 30 avril à « construire un mouvement populaire ». Intitulée « Bas les masques ! », la tribune est diffusée conjointement par plusieurs médias indépendants : Bastamag, Médiapart, Politis, Lundi Matin, Rapports de Force, Contretemps.

(suite…)

Exigeons un moratoire sur les épandages!

Coronavirus: «Un moratoire sur les épandages de pesticides près des habitations est une nécessité sanitaire et morale»

Le Covid-19 peut voyager sur des microparticules, dont celles de pesticides, affirment le mouvement Nous voulons des coquelicots, opposé aux produits phytopharmaceutiques, et son président, Fabrice Nicolino. Une raison supplémentaire, selon eux, de décréter un moratoire sur leur épandage.

(suite…)

The Wire à Bure

Sur écoute (The Wire) est une série télévisée américaine, qui a pour sujet la criminalité dans la ville de Baltimore, à travers la vision de ceux qui la vivent au quotidien : policiers, trafiquants en tous genres, politiciens, enseignants, journalistes, résidents de Baltimore… En France, c’est notamment les écologistes qui sont mis sur écoute à un niveau qu’il faut qualifier d’industriel, et non des criminels. La justice française n’a que faire de la délinquance : les matériels informatiques et de communication de pointe appliqués par la gendarmerie, qui finalement déploie pour une petite fortune en hommes, en véhicules et en matos de dernier cri, pour le bon plaisir du régime politique en place plutôt que pour des gangsters.

Médiapart & Reporterre viennent de publier une enquête sur les “efforts” fournis par le ministère de la Justice dont le but n’est que politique, et sur le concept méthodique de la surveillance d’opposants politiques pacifiques.

 

Des dizaines de personnes placées sur écoute, plus d’un millier de discussions retranscrites, plus de 85 000 conversations et messages interceptés, plus de 16 ans de temps cumulé de surveillance téléphonique : l’information judiciaire ouverte en juillet 2017 est une machine de renseignements sur le mouvement antinucléaire de ce village de la Meuse, selon les documents qu’ont consultés Reporterre et Mediapart.

 

 

Pour Médiapart, par et Marie Barbier pour Reporterre, le 27 avril 2020.

https://www.mediapart.fr/journal/france/270420/la-justice-massivement-surveille-les-militants-antinucleaires-de-bure?utm_source=20200427&utm_medium=email&utm_campaign=QUOTIDIENNE&utm_content=&utm_term=&xtor=EREC-83-%5BQUOTIDIENNE%5D-20200427&M_BT=90660697759

https://reporterre.net/La-justice-a-massivement-surveille-les-militants-antinucleaires-de-Bure

Casino & Carrefour associés à la déforestation

Au Brésil, un gros fournisseur de Carrefour et Casino

mêlé à la déforestation en Amazonie

Nous publions cette information produite par Médiapart. Les consommateurs et consommatrices apprécieront le désintérêt de facto des grands groupes français.
Par Patricia Neves

Géant controversé de l’agro-industrie brésilienne, JBS fournit abondamment les rayons boucherie de Carrefour et Casino au Brésil. Malgré ses engagements, JBS continue de travailler avec des fermes impliquées dans la déforestation en Amazonie.

 

Dans l’Etat de Rondônia (Brésil), de notre envoyée spéciale

Une petite ferme au milieu de la forêt amazonienne. Du linge sèche aux fenêtres de cette ferme d’un couple modeste. L’homme travaille dans les champs, la femme au foyer. C’est l’épouse qui reçoit. Après avoir cultivé du café, du maïs et des haricots, son mari, M. Lemes*, a décidé de se lancer dans l’élevage bovin avec son frère, éleveur lui aussi, installé à quelques mètres de là. Elle dit qu’elle n’y connaît rien mais que « si ça continue comme ça, l’arroba de bœuf [unité de mesure équivalente à 15 kg – ndlr] finira par atteindre 200 reais ! [35 euros – ndlr] ». Un record. Lorsqu’ils ont vendu une partie de leurs bêtes cet automne – plus de 200 têtes de près de 500 kg chacune –, l’arroba s’élevait déjà à 150 reais [26 euros – ndlr]. Tout juste de quoi payer les dettes.

(suite…)