Railcoop ou le réseau ferré citoyen

L’aventure RailCoop

Pionnier du réseau ferroviaire citoyen, l’ambition de Railcoop (https://www.railcoop.fr/) est de redonner du sens à la mobilité ferroviaire en impliquant citoyens, cheminots, entreprises et collectivités autour d’une même mission : développer une offre de transport ferroviaire innovante et adaptée aux besoins de tous les territoires. Concrètement, Railcoop fera rouler ses trains dès 2022. Première coopérative ferroviaire en France, permet de porter un autre regard sur le train et participe ainsi à l’émergence de nouveaux modèles économiques et de nouvelles solutions technologiques. La première ligne desservira à partir de 2022 la ligne Bordeaux-Lyon. Très bonne idée, ce qui évite de devoir toujours passer par Paris.

Le 12 décembre 2020, Railcoop a fêté

son premier anniversaire lors d’un événement 100% digital

Le 30 novembre 2019, Railcoop était officiellement créée. ” Nous étions 32 à l’origine, nous sommes près de 3000 sociétaires en décembre 2020 ! Et que d’avancées vers nos premiers services ferroviaires…

(suite…)

De l’opportunisme au despotisme

Lois liberticides (suite & fin)

De l’opportunisme au despotisme

Nous poursuivons et terminons l’analyse du projet global de la macronie, et la dénonçons vertement au constat de ce qui attend les citoyen-nes en terme de suppression des libertés fondamentales.  

Le média d’outre manche, The Economist, vient de publier son rapport annuel pour 2020 sur l’état de la démocratie dans le monde. 167 pays sont analysés, passés au crible de 60 critères répartis en cinq catégories : processus électoral, libertés civiques, fonctionnement du gouvernement, participation politique et culture politique. La France, passe de « démocratie à part entière » à « démocratie vacillante ». La presse bourgeoise française l’explique par la lutte entreprise par le gouvernement contre le coronavirus. Mais pas seulement, n’oublions pas que la constitution de la V° République autorise le glissement autocratique. Selon The Economist, seuls 8,4% de la population mondiale vit en 2020 en « démocratie à part entière », dans des Etats nordiques notamment, mais aussi en Asie où la stratégie zéro covid fut pourtant promptement appliquée : Japon, Corée du Sud, Taïwan.

Certes, les critères établis par le média anglais sont fondés selon une doxa de démocrates bourgeois, car en fait, il n’y a pas de véritable démocratie dans un monde où règne politiquement et institutionnellement la discrimination, qu’elle soit de classe, de race, de caste, de genre…, où la misère économique sert de variable d’ajustement aux investisseurs et où les libertés fondamentales sont bafouées au rythme des extravagances des sérails.

(suite…)

Dix ans de Tram-Train

Foireux anniversaire

Voilà 10 ans déjà que le tram train est en service sur la ligne Mulhouse-Gare – Thann St Jacques. Si la région Grand-Est, la SNCF et Soléa (transport urbain mulhousien) ont fêté cet anniversaire, ce fut alors discrètement. Certes, les associations des usagers du transport n’allaient pas être conviées pour une foire d’empoigne prévisible, car il y a vraiment de quoi dire sur ce projet, tout compte fait, bancal.

Mais laissons parler le président de Thur Ecologie & Transports, interviewé par le quotidien L’Alsace.

Plutôt un « drame-train » pour Daniel Walter

Daniel Walter, le président de l’association Thur écologie et transports, le martèle depuis des années. Le tram-train porterait mieux, selon lui, le nom de « drame-train ». Il explique pourquoi.

Par Elisa MEYER – 23 janv. 2021

« Un échec patent, total et radical. » Le président de l’association Thur écologie et transports (TET) de Saint-Amarin, bien connu dans le secteur pour ses engagements et ses convictions, n’y va pas avec le dos de la cuillère. « Dès qu’il y a un problème, la haute vallée de la Thur sert de variable d’ajustement, mais par la baisse de la circulation des TER, évidemment ! » On l’aura compris, Daniel Walter n’est pas un fervent défenseur du tram-train.

le Drame-Train en gare de Thann-St Jacques

(suite…)

Installation d’antennes à Ranspach

ONDE de choc : des citoyens alertent

INSTALLATION D’ANTENNES 3G, 4G

AVEC ÉVOLUTION 5G À RANSPACH

Un panneau chantier interdit au public pour l’installation d’un relais de téléphonie mobile sur pylône SFR de 32 mètres de haut (équivalent d’un immeuble de 10 étages ou du bûcher de cette année rehaussé encore de 10 mètres) est apparu le 9 janvier 2021 au bord de la route du Koestel. Cet équipement sera installé entre la rue Koestel et le chemin rural lieu-dit Gerstrain.

Le panneau précise que l’affichage en mairie date du 18 décembre 2020. La décision de cette installation a été validée à l’unanimité le 10 novembre 2020. La date des travaux manque et au-lieu d’un permis de construire une déclaration préalable, plus simple, est accordée. Le projet figurait-il dans le programme électoral ?

(suite…)

A Bure, l’Andra illégale

 · 

CIGEO : avis explosif de l’AE, l’Andra doit revoir sa copie !

Sûreté, choix de l’argilite de Bure, sismicité, impacts sur l’eau, schéma de transports, retour  sur accidents dans le labo, risques pour les populations riveraines et l’environnement, développement économique du territoire et même géothermie, tout y passe et ce n’est pas bon du tout pour l’Andra. L’AE vient de rendre un avis explosif.
L’Autorité environnementale critique ouvertement le dossier de demande d’utilité publique (DUP) déposé en août dernier par l’Andra.

Les associations Burestop 55, Cedra 52, Cacendr, Eodra, Bure Zone Libre, Habitants vigilants de Gondrecourt réagissent par ce communiqué.

 Un avis très détaillé, ne laissant que très peu de zones d’ombre
Les associations signataires de ce communiqué relèvent l’ampleur de ce rapport, qui aborde de manière exhaustive et sans tabou de nombreux sujets soulevés depuis des années par l’opposition au projet de stockage géologique des déchets nucléaires. Et l’ensemble laisse une impression toujours aussi inquiétante : le dossier que présente l’Andra dans le cadre de la DUP est particulièrement incomplet, tronqué et trop léger*.

L’Andra doit revoir sa copie
Mauvaise prise en compte des enjeux environnementaux, sérieuses insuffisances de l’étude d’impact, minimisations des impacts de Cigéo sur le plan sanitaire, manque d’analyse des risques accidentels liés au projet, absence de démonstration de la réversibilité de l’installation en cas d’incident, remise en cause du choix du seul site de Bure sur le plan géologique, insuffisance de vision économique territoriale,… impossible de tout lister.

L’AE remet en cause l’assurance avec laquelle l’Andra communique depuis de trop nombreuses années quant à la « maturité » vantée du projet Cigéo
Elle relève des sujets passés sous silence : quid de l’analyse de l’accident mortel survenu dans le laboratoire en 2016, lors du creusement d’une galerie ? Comment l’ANDRA anticipe t-elle le risque d’un accident nucléaire majeur ?
Quid de la sismicité locale, Cigéo se trouvant à 2 km du fossé de Gondrecourt, faille géologique ? Elle rappelle qu’une faille dite « éteinte » peut toujours se réveiller, preuve récente à l’appui*.
Elle ressort même le dossier géothermie, la ressource naturelle localisée sous Bure ayant été scandaleusement escamotée par l’Andra, et recommande de nouvelles expertises indépendantes.

Un calendrier intenable au regard du caractère hors norme de ce projet
L’agence communiquait dernièrement dans l’Est républicain (09/01 2021) sur « une année charnière » pour Cigéo, avec une phase d’enquêtes publiques mi-2021 dans le cadre de la DUP et une demande de création de Cigéo fin de l’été prochain. On reconnaît bien là le trop plein d’optimisme de l’Andra, qui prêterait à sourire si l’enjeu autour de ce chantier d’enfouissement n’était aussi phénoménal.
On voit mal comment ce calendrier pourrait tenir , à moins de complaisance politique inexcusable. Le dossier Andra n’est absolument pas apte à aller en enquête publique !

Les associations Burestop 55, Cedra 52, Cacendr, Eodra, Bure Zone Libre, Habitants vigilants de Gondrecourt vont étudier avec soin l’ensemble de cet avis qui ne fait que confirmer les nombreuses craintes exprimées depuis des années. 
Elle comptent interpeller prochainement leurs élus locaux ainsi que le Ministère de l’environnement quant à la suite à donner à une telle remise en question. Le dossier immature produit par l’Andra ne peut servir ni de socle, ni de laisser-passer à des enquêtes publiques – le terme public prend tout son sens- qui seraient alors faussées, donc incroyablement anti-démocratiques.

* Rappelons l’inconsistance du dossi er du maître d’ouvrage (Andra) présenté lors du débat public de 2005, déjà fortement dénoncée par les opposants au projet Cigéo.
L’AE relève ici un sérieux manque de données chiffrées, de  report à des études en cours. La conception du stockage pour répondre aux questions de sûreté soulevées par l’IRSN et l’ASN, tout comme la méthodologie d’analyse des impacts sur les populations riveraines et l’environnement restent à fournir encore ou à compléter.

* Rappelons l’inconsistance du dossi er du maître d’ouvrage (Andra) présenté lors du débat public de 2005, déjà fortement dénoncée par les opposants au projet Cigéo.
L’AE relève ici un sérieux manque de données chiffrées, de report à des études en cours. La conception du stockage pour répondre aux questions de sûreté soulevées par l’IRSN et l’ASN, tout comme la méthodologie d’analyse des impacts sur les populations riveraines et l’environnement restent à fournir encore ou à compléter.