Un projet d’Amazon à Dambach-La-Ville

Communiqué de presse relatif à

 l’implantation d’Amazon à

Dambach la ville

 Lettre ouverte à la communauté de communes du Pays de Barr (67)

 

Sélestat le 22 mai 2020,
La communauté des communes du Pays de Barr souhaite autoriser l’implantation du plus grand centre logistique d’AMAZON sur notre territoire par cession d’un terrain de 150 000m2 situé sur le ban communal de Dambach-la-Ville. Suite à l’inquiétude légitime exprimée spontanément par des citoyens à ce sujet, de nombreux collectifs, entreprises et associations demandent aux élus du Pays de Barr de stopper ce projet insensé.

Le collectif opposé au projet d’implantation d’Amazon en Alsace, constitué notamment du Chaudron des alternatives, de la Confédération des Commerçants de France, des Amis de la Terre, d’Alternatiba, d’ATTAC ou encore de France Nature Environnement, a adressé un courrier à l’ensemble des élus de la Communauté de Communes du Pays de Barr pour demander l’abandon de ce projet titanesque et marquer son refus du modèle hégémonique de la multinationale.
Amazon, connaît une croissance exponentielle et compte doubler sa surface de tri et de stockage en France en moins d’un an, avec plus de 8 projets d’entrepôts et centres de tri supplémentaires dont celui de Dambach-la-Ville. Or les conséquences de l’implantation d’Amazon en termes de destruction d’emplois et de conditions de travail sont dramatiques : un emploi créé chez Amazon induit la perte de deux emplois localement. Les emplois dans la logistique sont, en outre, particulièrement pénibles et peu payés. A Dambach ce serait également 18 hectares de terres agricoles qui seraient bétonnées pour ce projet, au mépris de l’urgence écologique et de relocalisation de l’alimentation. Un entrepôt Amazon de cette taille importerait, majoritairement de Chine, 240 millions de produits supplémentaires par an, aggravant lourdement le changement climatique. Son implantation entraînerait également une hausse importante du trafic sur le territoire. Par-delà ces conséquences sur l’environnement et l’emploi local, Amazon est également connu pour ses pratiques d’évitement et de fraude fiscale massive.
La crise sanitaire majeure que nous vivons actuellement a permis à la plupart des citoyens de marquer le temps d’un avant et d’un après et de questionner notre modèle sociétal consumériste. De tels projets sans concertation de la population concernée, qui plus est, ne peuvent plus et ne doivent plus être acceptés. Pour compléter ce plaidoyer, le collectif appelle tous les citoyens et toutes les citoyennes concernés à signer une pétition en ligne. Il est temps de repenser notre modèle de société et de répondre à la crise environnementale, sociale, et aux futurs chocs annoncés, par des solutions concrètes construites avec les citoyens, ainsi que préserver nos lieux de vie et leurs habitants. A ce titre, le collectif est disposé à proposer un projet alternatif concret viable économiquement. Le collectif annonce son intention de médiatiser la réponse apportée au courrier afin que chaque citoyen puisse être dûment informé de la position des élus de la Communauté de Communes du Pays de Barr.
LES COSIGNATAIRES
Votre contact : Le Chaudron des Alternatives (contact@chaudrondesalternatives.fr)
avec
Alsace Nature/ Les Amis de la Terre France / Alternatiba France / Alternatiba Strasbourg / ANV Cop21
Strasbourg / ANV Cop21 France / Association Femmes Actives de Sélestat / Association Nature et Vie /
Association Tiefenbach Environnement/ ATTAC France / Collectif Citoyen Pour le Climat Strasbourg /
/ Collectif Grand Contournement Ouest Non merci / Collectif national pour le commerce de proximité /
Confédération des commerçants de France (CDF) /La confédération Paysanne Grand Est / Dam’Nature/
Duppigheim Qualité de Vie /Ecoval / Extinction Rebellion Strasbourg / Les fédinois contre le GCO
/ FNAUT- Grand Est / France Nature Environnement / Gilets Jaunes Chatenois/ Gilets Jaunes Sélestat /
Gilets Jaunes Strasbourg / Greenpeace Strasbourg / Groupe Local Piémont d’Alsace Nature / Linux
Informatique Sélestat / Monnaie Locale 68 La Cigogne / Monnaie Locale 67 Le Stuck / NARTECS / Nous
voulons des coquelicots Sélestat / Oxfam Strasbourg / OPABA / Réserve du Bischnoï / Résistance à l’Agression Publicitaire Strasbourg (RAP) / Schillick Ecologie / Stop Fessenheim / Strasbourg Respire / Touch’Art / TRAJET / Youth for Climate Strasbourg /Zéro Déchet France / Zéro déchet centre alsace / Zéro déchet Strasbourg
Commerçants et artisans locaux : Jardins de Gaia – Domaine Moritz – Les Jardins en Chantant – Emmâus Mundolsheim – Le panier du maraicher – Coop Les Oies Sauvages Colmar – Optic premier regard Sélestat – Boulangerie Pain de la Vigne Sélestat – Boutique Little Nuage – Institut bionaturel Sélestat – La pause gourmande Sélestat – Le petit atelier
Contacts presse : contact@chaudrondesalternatives.fr
Pascal LACOMBE : 06 76 96 15 79
Eloi NAVARRO : 06 47 15 95 99

********************************

Collectif opposé au projet
d’implantation d’AMAZON
en Alsace
Le 15 mai 2020,
A l’attention de Monsieur Gilbert Scholly,
Président de la Communauté de communes
du Pays de Barr

(copie conforme personnalisé à chaque maire)
Projet d’implantation d’un centre logistique AMAZON sur le ban communal de Dambach. Depuis quelques semaines la moitié de l’humanité est mise à l’arrêt par la pandémie du Covid-19. La brutalité et la violence de cette expérience individuelle et collective est immense et nous redoutons sur le long terme, des conséquences sociales, économiques et politiques dramatiques et irrémédiables.
La période de confinement que nous vivons ensemble nous offre à tous un temps de réflexion et un nouveau regard sur le monde. Nous pouvons encore faire le choix de freiner l’effondrement en cours en refusant courageusement l’implantation de projets nuisibles sur notre territoire. Cette catastrophe sanitaire est une occasion unique de prendre conscience collectivement de notre fragilité et de l’importance de prendre soin de la Terre et des Hommes.
Depuis des décennies, les alertes des scientifiques, penseurs, philosophes, érudits préviennent inlassablement des dangers extrêmes de notre modèle de vie. Les phénomènes récents, de plus en plus nombreux, confirment ces alertes : canicules de plus en plus fréquentes, feux de forêts en Australie et en Amazonie, phénomènes climatiques exceptionnels, chute dramatique de la biodiversité, augmentation atmosphérique massive des gaz à effet de serre etc..
Il est temps d’ouvrir les yeux et d’arrêter de collaborer à la destruction volontaire de notre environnement et des conditions de travail. Réinventons ensemble d’autres manières de consommer, plus durables et raisonnables que celles proposées par les excès de la mondialisation économique.
Nous, associations et mouvements citoyens, ONG, lanceurs d’alerte, attentifs à construire une société durable et résiliente écologiquement, socialement, et économiquement, souhaitons vous interpeller et attirer votre attention sur les dangers et conséquences que représenteraient l’implantation du plus grand centre logistique d’AMAZON sur notre territoire par cession d’un terrain de 150 000m2 situé sur le ban communal de Dambach-laville.
Encourager le développement d’Amazon reviendrait à encourager la destruction d’emplois dans les commerces locaux et entreprises artisanales. Une étude de Mounir Majhoubi, ancien Secrétaire d’Etat au numérique, député LREM, montre qu’un emploi créé chez Amazon induit la destruction de 2,2 emplois dans le commerce local. Les emplois sont particulièrement précaires chez Amazon, en moyenne d’une durée d’un an. Amazon doit à ce titre chercher des salariés de plus en plus éloignés du lieu d’implantation. L’impact positif sur la population sise dans le territoire d’implantation diminuera donc dans le temps.
Amazon compte ouvrir 9 projets supplémentaires d’entrepôts en France d’ici début 2021. Si ces projets ne sont pas stoppés, les destructions d’emplois et la désertification des centre-villes pourraient rapidement prendre des proportions catastrophiques. Au Royaume-Uni l’implantation hégémonique d’Amazon a détruit 13 000 emplois, rien que cette année.
Nous souhaitons des centres villes vivants avec des commerces et des emplois gratifiants.
Ce projet de plus grand entrepôt de France sur une surface de 18ha attirera indiscutablement un énorme trafic de camions supplémentaire et accroîtra les problèmes de pollution atmosphérique dans la région. L’ouverture de l’entrepôt provoquera une augmentation du trafic routier journalier dans la Communautés de communes d’environ 1000 poids lourds et 4500 utilitaires ! Nous avons récupéré une atmosphère moins polluée, nous souhaitons la conserver.
Cet entrepôt, sur 3 niveaux, atteindrait une hauteur supérieure à 18m soit le double des constructions existantes à proximité. Une installation aussi massive, visible depuis les vignobles, les châteaux et la plaine, enlaidirait gravement le territoire et réduirait son attractivité touristique. Nous jouissons d’un paysage exceptionnel, nous ne souhaitons pas le gâcher.
De nombreux rapports pointent la pénibilité des conditions de travail imposées par cette multinationale à ses salariés. En situation de confinement COVID-19 Amazon a effrontément méprisé les consignes de mise en sécurité sanitaire des ses employés au point d’être sommé par la justice d’évaluer et de corriger les risques liés au coronavirus, et d’arrêter la vente en ligne de produits non indispensables que les petits commerçants, eux, ne sont pas autorisés à commercialiser en phase de confinement. Nous souhaitons pour notre communauté de communes des emplois gratifiants respectant nos valeurs sociales.
Comme un grand nombre d’entreprises multinationales, AMAZON pratique «l’optimisation fiscale», terme policé pour ne pas parler d’évasion fiscale, créant une concurrence déloyale avec les PME et petits commerçants. Ce dumping fiscal inclut même une fraude massive à la TVA, qui génère un manque à gagner pour la France de plusieurs milliards d’euros par an (8). Nous souhaitons accueillir des entreprises respectueuses des règles en vigueur, quelles qu’elles soient, en particulier les règles fiscales.
Le modèle économique d’Amazon est l’incitation à la consommation de masse d’objets jetables produits à l’autre bout du monde au plus bas coût. Les produits invendus sont par ailleurs détruits massivement par souci de réduction des coûts de stockage ou de réaffectation. Amazon déclare un bilan carbone de 44,4 millions de tonnes de gaz à effet de serre, soit déjà les émissions annuelles de la Bolivie, mais en réalité les émissions du géant sont environ 4 fois supérieure, donc plus proches de celles des Pays-Bas, une contribution considérable au réchauffement climatique. Nous souhaitons un modèle économique vertueux basé sur une limitation de la consommation (frugalité) et donnant la priorité aux produits et acteurs locaux.
M. le Président vous serez dans un avenir proche décideur de la position qui sera prise par la Communauté de commune du Pays de Barr concernant ce projet d’implantation. Nous n’imaginons pas que vous puissiez céder aux chants de la sirène Amazon au mépris du bien être de vos concitoyens et des méfaits divers et documentés dont nous citons les principaux ci-dessus.
Vous prendriez la responsabilité morale d’entreprendre et de valider un projet qui n’est plus acceptable, et déraisonnable en 2020 au vu de la conjoncture climatique et sociale alors qu’il est plus que jamais question de répondre et de solutionner les défis majeurs qui nous pressent. La communauté de communes aurait en revanche tout à gagner à favoriser le développement d’activités de production, dans une logique durable et de relocalisation.
Par la présente nous sollicitons de votre part une réponse à ce courrier afin de nous préciser, et de pouvoir préciser publiquement, vos intentions personnelles et arguments qui justifieraient ce projet.
Nous nous tenons aussi à votre disposition pour des échanges qui permettraient d’envisager des solutions alternatives au projet Amazon.
Restants très attentifs à la suite qui sera donnée à ce projet, et dans l’attente de votre réponse, nous vous prions de croire, Monsieur le président en l’assurance de nos très respectueux sentiments.
LES COSIGNATAIRES
Votre contact : Le Chaudron des Alternatives (contact@chaudrondesalternatives.fr)
Avec : Alsace Nature/ Les Amis de la Terre France / Alternatiba France / Alternatiba Strasbourg / ANV Cop21 Strasbourg / ANV Cop21 France / Association Femmes Actives de Sélestat / Association Nature et Vie /Association Tiefenbach Environnement/ ATTAC France / Collectif Citoyen Pour le Climat Strasbourg /
/ Collectif Grand Contournement Ouest Non merci / Collectif national pour le commerce de proximité /
Confédération des commerçants de France (CDF) /La confédération Paysanne Grand Est / Dam’Nature/
Duppigheim Qualité de Vie /Ecoval / Extinction Rebellion Strasbourg / Les fédinois contre le GCO
/ FNAUT- Grand Est / France Nature Environnement / Gilets Jaunes Chatenois/ Gilets Jaunes Sélestat /
Gilets Jaunes Strasbourg / Greenpeace Strasbourg / Groupe Local Piémont d’Alsace Nature / Linux
Informatique Sélestat / Monnaie Locale 68 La Cigogne / Monnaie Locale 67 Le Stuck / NARTECS / Nous
voulons des coquelicots Sélestat / Oxfam Strasbourg / OPABA / Réserve du Bischnoï / Résistance à
l’Agression Publicitaire Strasbourg (RAP) / Schillick Ecologie / Stop Fessenheim / Strasbourg Respire /
Touch’Art / TRAJET / Youth for Climate Strasbourg /Zéro Déchet France / Zéro déchet centre alsace / Zéro
déchet Strasbourg
Commerçants et artisans locaux : Jardins de Gaia – Domaine Moritz – Les Jardins en Chantant – Emmâus
Mundolsheim – Le panier du maraicher – Coop Les Oies Sauvages Colmar – Optic premier regard Sélestat –
Boulangerie Pain de la Vigne Sélestat – Boutique Little Nuage – Institut bionaturel Sélestat – La pause gourmande Sélestat – Le petit atelier
P.S. : Sont destinataires de ce courrier : Monsieur le Président et l’ensemble des maires de la communauté de communes du Pays de Barr.
Un courriel vous sera adressé parallèlement à ce courrier avec un ensemble de liens vers des documents et articles documentant nos arguments.
Contacts : Le Chaudron des Alternatives de Centre Alsace : contact@chaudrondesalternatives.fr

******************************

 

” Si ce n’est pas chez nous, c’est chez les autres “

Nous préfèrerions ne pas vouloir d’Amazon. Mais si nous le rejetons, d’autres en profiteront nécessairement. Donc nous en voulons.

Tel un syllogisme économique de cet acabit, les élus peuvent être tout à fait conscients des nuisances globales qu’apporte l’implantation d’un centre de distribution Amazon dans un territoire, et pourtant se sentir en devoir de le défendre.

Ce sont les termes même de l’énoncé de Gilbert Scholly (voir sur Alertpresse68), favorable au projet, tout en se disant conscient de ses nuisances. A l’instar des élus de la collectivité territoriale, eux aussi majoritairement favorables : « Même si ça n’est pas facile d’accueillir une telle entreprise sur notre territoire, il ne faut pas forcément faire la fine bouche pour une plate-forme qui est en sommeil depuis des années, c’est un terrain qu’on va céder pour plusieurs millions d’euros. On nous annonce la création de plus d’un millier d’emplois, même si on peut toujours mettre en cause ce qui est avancé. C’est un investissement colossal de 240 millions d’euros sur le territoire. Et puis un tel site de distribution touche très peu le commerce de proximité, sinon je n’y serai certainement pas favorable. Le risque aussi c’est qu’il s’installe pas trop loin de chez nous, par exemple de l’autre côté du Rhin et qu’on en subit toutes les inconvénients et les nuisances, sans en avoir les retombées, en termes de fiscalité et d’emplois ».

Le maire de Dambach-la-Ville, Claude Hauller, qui devrait succéder à Gilbert Scholly à la tête de la communauté de communes du Pays de Barr, ne s’exprime pas ouvertement sur le sujet, mais fait savoir qu’il est bien favorable à l’implantation d’Amazon.

Le fait est que, plutôt que de se positionner politiquement sur le sujet, alors qu’il quitte prochainement ses fonctions de président de la Com-com, Scholly préfère en outre s’en défausser sur le consommateur, dans des propos relatés par France Bleu :

« Le fond du problème, ce sont les gens qui achètent sur Amazon. C’est plus facile de s’opposer à un tel projet que de le soutenir. Parce que le fond du problème, c’est ceux qui achètent sur Amazon. Si tous ceux qui achètent sur Amazon achetaient de nouveau dans nos commerces de proximité, le problème ne se poserait pas. Il n’y aurait pas de trafic, et nos commerces iraient mieux. Mais souvent ce sont les mêmes personnes qui achètent sur Amazon et qui critiquent les élus parce que les commerces de proximité ferment les uns après les autres et que les bourgs centres se vident ».

Une manière caricaturale de céder piteusement devant la pression économique, qui ne risque certes pas d’entraver le développement continu de l’économie des plateformes, ici et ailleurs…

 

Pour certains, malheureusement nombreux, les ” Jours d’après ” restent conformes aux ” jours d’avant “.

Les commentaires sont clos.